5455 avenue de gaspé, suite 300, Montréal, Québec, H2T 3B3
T 514.273.9277 F 514.273.7447

CONCOURS D'ARCHITECTURE

Nouvelle bibliothèque de l’arrondissement Saint-laurent (finaliste) - 2009
Projet de consortium avec les architectes FABG

CMA

Plutôt que de considérer la nouvelle bibliothèque de l'arrondissement Saint-Laurent comme, « une porte d’entrée au parc Marcel-Laurin » nous préférons imaginer qu’elle soit perçue comme faisant partie intégrante de celui-ci, au coeur du boisé. La dichotomie nature-culture qui conduit à penser les parcs comme des oasis de verdure séparés du milieu urbain par une frontière bien définie ne correspond plus aux aspirations des citoyens montréalais. Le désir de verdir la ville déborde de ce cadre pour s’étendre aux rues, ruelles, cours et toitures en associant développement durable, qualité de vie et amélioration du couvert végétal. La fréquentation de la bibliothèque peut être une expérience immersive qui contribue à exaucer ce souhait tout en fournissant un cadre propice à la lecture.

Pour y parvenir, nous avons tout d’abord fractionné la volumétrie du bâtiment pour se glisser dans la forêt existante en préservant 86% des arbres dont le calibre est supérieur à 20 cm. On ne peut prétendre à l’exemplarité en matière de développement durable en rasant une partie substantielle du boisé. De sévères mesures de protection assorties de pénalités imposées au constructeur permettront l’atteinte de cet objectif.

Le parvis menant au hall d’entrée est situé dans le prolongement de la rue Todd fournit l’occasion d’une halte pour les cyclistes et randonneurs qui y trouveront bancs, supports à vélos, ombre, œuvres d’art public et animation publique. Il est constitué d’une série de bandes pavées à travers lesquelles poussent des couvre-sols végétaux ainsi que de quelques bandes de platelage de bois qui se transforment en mobilier urbain à caractère ludique. Nous proposons que la bande verte qu’il traverse et que nous traitons comme une extension de la forêt urbaine devienne également une zone de production d’énergie verte et un filtre végétal. Nous avons choisi d’y localiser les puits de géothermie dont la présence est rendue visible par des fûts lumineux dont les diodes électro-luminescentes sont alimentées par l’énergie solaire. Les surfaces de rétention des eaux de pluie y sont également aménagées pour devenir des milieux humides supplémentaires qui s’ajoutent à ceux ceux que l’on retrouve dans le parc Marcel-Laurin. Le projet de la bibliothèque fournit l’occasion d’initier la formation d’un véritable jardin linéaire sur le thème de l’énergie verte tout au long du boulevard sur 35 mètres de largeur et devenir une vitrine des meilleures pratiques environnementales pour les citoyens qui l’utilisent à des fins récréatives ou pour leurs déplacements quotidiens.

Une seconde peau composée de panneaux de bois perforés, suspendus à l’horizontale au plafond et à la verticale derrière le vitrage, agit comme le feuillage de la forêt qui diffracte la lumière trop vive du jour et contribue à étouffer le bruit ambiant; elle constitue un filtre lumineux et acoustique contribuant à produire l’atmosphère de calme et de recueillement propice à la lecture. Les panneaux de bois blond vernis sont montés sur pivots pour faciliter l’entretien des surfaces à l’arrière et sont localisés principalement dans les aires publiques et les espaces de lecture.

Un motif céramisé à la surface du verre participe également à diffracter la lumière encore plus finement. La superposition de ces deux motifs, le feuillage découpé à l’aide de machines à commande numérique dans les panneaux de bois et le motif pixellisé sérigraphié à la surface du verre, génère le dessin des perforations à la surface du parement extérieur de panneaux d’aluminium. La nouvelle bibliothèque est ainsi habillée d’un motif ornemental évoquant discrètement une forme de camouflage végétal au sein de la forêt qui l’accueille.

CMA CMA CMA CMA CMA CMA CMA CMA CMA CMA